Les pirates qui ont attaqué deux thoniers bretons libérés (Ouest-France)

lundi 12 octobre 2009

Les pirates qui ont attaqué deux thoniers bretons libérés



Onze pirates somaliens capturés, samedi, par des garde-côtes au large des Seychelles après avoir attaqué deux thoniers bretons, ont été remis en liberté sur ordre des autorités seychelloises et ont repris la mer.


Un bateau-mère, utilisé par les pirates pour lancer leurs attaques en haute mer, et une embarcation rapide avaient été interceptés samedi par le PS Topaz, bateau des garde-côtes seychellois.


Les deux navires interceptés et onze marins qui se trouvaient à bord ont finalement été relâchés, dimanche, faute de preuve. « Aucune arme, munition ou autre preuve d'une implication dans des actes de piraterie n'ayant été trouvés, nous avons dû les libérer » avec leur bateau, a expliqué le lieutenant-colonel Rosette, des garde-côtes seychellois, précisant que l'embarcation rapide avait été saisie.

Attaque de deux thoniers bretons


Les deux bateaux et leurs équipages sont suspectés d'avoir pris part à l'attaque samedi matin de deux thoniers français, le Drennec et le Glénan. Cette tentative d’abordage avait repoussée par des militaires français à bord qui ont ouvert le feu sur les assaillants. Le Glénan et le Drennec appartiennent à l'armement de la Compagnie bretonne de pêche (Cobrepêche), basée à Concarneau, en Bretagne.


Des militaires français assurent depuis juillet la protection d'une dizaine de thoniers français pêchant au large des côtes somaliennes dans l'océan Indien. Une soixantaine de fusiliers marins, dont des commandos de marine, participent à cette opération, mise en place à la demande des armateurs et qui ne s'inscrit pas dans les opérations anti-piraterie de l'Union européenne ("Atalante") et l'Otan dans le golfe d'Aden et l'océan Indien.