Deuxième visite à bord de l'Aspet - Récit de Roland Doriol

Publié le par Linium International

Voici le deuxième texte que je publie à la demande Roland Doriol issu de son blog : http://lapasserelledumarin.over-blog.com/



Deuxième visite du 28 août 2009 :

 

    Cela faisait 14 jours depuis la premiere visite a bord, le 14 aout dernier, en compagnie de Jeremy etudiant en droit maritime a Nantes : assez pour apprehender l’evolution des enjeux en question apres l’arrivee a quai forme Joubert le 25 juillet dernier et les evenements/rencontres survenus depuis. C’est un silence surprenant dehors comme dans le navire quand on monte a bord. La TV parle toute seule en turc au carre equipage !

 

- J’ai note quelques passages des marins turcs au foyer Marine Accueil.

- Le 16 aout des amis de la communaute turque sont venus depuis Paris pour assurer un soutien plus que moral. Tout cela avec discretion.

- J’ai appris, en discutant au foyer avec le 1st mecanicien qu’un des marins a pu regagner son pays...Le nombre est maintenant de 11.

- Un journaliste de Prese Ocean est venu et a publie un article et photo du capitaine et chef mecanicien en compagnie du gerant d’un restaurant kebab de St Nazaire.

- Le projet de remorquer le navire jusqu’en Turquie a ete abandonne sans doute sous la pression des autorites du port qui veulent forcer ainsi a faire sortir de l’ombre le proprietaire et evaluer les degats. La voie d’eau est toujours la et les marins gardent le quart a la pompe helitreuillee sur rade fin juillet dernier.

- Pas d’echo prticulier des visites a bord des autorites maritimes et du representant ITF venant des marins. Les decisions a prendre/negociations ou decisions prises restent un domaine qui « prend un certain temps ».

 

 Le capitaine semble plus soucieux de relever les visites amicales a bord ou au foyer (adresse du consulat turc... telephone, presse et journaux turcs ..sorties possibles grace a des amis, en un mot une hospitalite auquelle les Turcs sont sensibles. En s’excusant de fumer devant moi dans sa cabine, je lui dis « qu’il est « chez lui » et que cela ne me derange pas ; au contraire, me dira-t-il, « en t’accueillant ici, c’est toi qui es chez toi, c’est cela le sens de notre hospitalite ! »  Voila de quoi deranger bien des reperes dans nos pratiques d’accueil et de visites! Les rares visites a bord de gens differents des autorites  permettent de parler plus en confiance et de soulager le stress de ceux qui n’ont pas d’autre choix que de rester a bord !

 

Les marins observent aussi un ramadan pas trop strict et la tension ou les impatiences ne sont pas trop apparentes. Beaucoup sortent le soir. Ce matin du 28 aout, on m’avait annonce le passage de ITF a bord, c’est pour cela aussi que je suis reste a bord entre 9h et 11 30 au carre equipage en compagnie amicale de 3 marins et de la TV diffusant un journal en turc, et ensuite de plus d’une heure avec le capitaine dans sa cabine. Peut-etre aurai-je la chance de le rencontrer !

 

 Dans sa cabine, le capitaine evoque ce qui ne lui plait pas de l’article de Presse Ocean : « je n’ai jamais dit « je ne voulais pas mourir en mer » ; un capitaine ne prend pas de decisions « pour sauver SA peau, mais celui de tous ! C’est ainsi que, meme en percevant que la situation pouvait etre dangereuse, j’ai pu prendre la decision de longer les cotes au lieu de tirer droit pour traverser le golfe de Gascogne. « » De plus, l’interprete du restaurant Kebab local n’a pas bien fait son boulot et le journaliste a d’abord retenu que nous y passions tout notre temps et loisirs la bas en mangeant et en surfant sur le net ! C’est sans doute une bonne pub pour lui ? Mais il faut s’attendre a des tas de virus dans la verite avec les journalistes.

« Ceux qui nous rendent visite, les amis venus de Paris, toi-meme qui a le coeur pour les marins et qui prends le temps de les ecouter, aident mieux a vivre et a alleger le stress... Elles sont certainement plus utiles et moins nocives que les cigarettes que je fume devant toi, meme en temps de ramadan ! »

Seul a seul, le capitaine poursuit alors son histoire d’eveil a la foi musulmane lui qui etait incroyant, une experience spirituelle dont il souhaite parler avec moi.

 

Il me parle longuement d’un « saint-leader spirituel » qui attire des milliers de visiteurs et aupres de qui beaucoup commencent un long chemin de conversion. Il me montre quelques photos et me parle de ses exercices quotidiens de priere. Un bon climat de respect et de confiance, sur la facon de recevoir un message, d’y croire et de continuer a vivre en rencontrant des visiteurs ! Ca vaut le coup de trainer sur les quais et sur le pont des navires si c’est aussi cela qui fait surface !

 

Je relance le dialogue sur la situation du navire « a son depart  d’Angleterre » et comment il a pu obtenir des autorites britanniques le droit de quitter le quai. C’est sans doute la que les documents peuvent parler et c’est peut-etre cela qu’il faut mettre en avant avec le representant ITF qui, en Angleterre aussi, etait au courant de la condition du navire au niveau technique et humain. Cela lui semble un nouveau terrain de confrontation entre les autorites locales et les britanniques. Sans nier que la situation presente du navire necessite une evaluation plus claire des voies d’eau.

 

Voila quelques points d’attention pour continuer ces visites, accompagner les decisions qui viendront assurer la securite du navire mais aussi le bien-etre de ceux qui sont a bord, et voir clair sur les decisions deja prises en Angleterre au moment du depart et a Saint Nazaire aussi ou il est bloque !

 

Roland Doriol

29 aout 2009

Publié dans Actualité maritime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article