Création d'une ZEE française en Méditerranée : un "défi" intéressant

Publié le par Linium International

Le ministre en charge de la mer, Monsieur Jean-Louis Borloo, a annoncé aujourd'hui la volonté de la France de créer une zone économique exclusive* en Méditerranée.

Le temps me manquant ce soir, je tiens juste à donner quelques reflexions que m'inspire cette annonce avant de faire un exposé plus complet d'ici la fin de la semaine.

Tout d'abord, la Méditerranée, mer fermée ne connait aucune ZEE. En effet, celles-ci peuvent s'étendre jusqu'à 200 milles nautiques, toute création d'une ZEE serait source de litige. Personne n'avait donc encore osé.

Aujourd'hui, la France le tente alors même qu'elle a eu du mal à délimiter ses frontières maritimes avec l'Espagne et l'Italie.

Annoncer cette création, c'est s'exposer au risque de nouvelles négociations longues et conflictuelles (aucune menace de guerre malgré tout, nous sommes tranquilles....).

Annoncer une telle création, c'est aussi s'exposer aux réclamations d'autres Etats, et notamment du Magrehb, et réveiller ainsi des conflits frontaliers maritimes, entre la Grèce et la Turquie, entre la Tunisie et la Libye, .....

Pourtant, cette création part d'un bon sentiment : la protection des ressources halieuthiques pillées sans remors par les navires d'Etats non membres de l'Union européenne (on peut penser aux navires usines sud-coréens par exemple). La France a voulu (de source sûre) proposer des innovations à l'Union pour la Méditerranée allant à l'encontre des principes généraux du droit de la mer (et notamment la sacrosainte liberté des mers). Créer une ZEE, est elle finalement la meilleure solution pour ne pas porter atteinte au droit international, et protéger nos ressources? La question se pose ce soir, mais il semble que ce risque (plutôt cette audace) va semer une certaine agitation géopolitique....

Affaire à suivre....

Jérémy DRISCH

Commenter cet article

safir 01/10/2009 19:51


Des ZEE peuvent être sources de problèmes. L'Algérie a créée deux zones de pêches à l'est et à l'ouest mais qui ne dépassent pas la zone contigue. Vous avez cité l'exemple du conflit maritime entre
la Tunisie et la Libye ( plateau continental), mais aussi celui de la Libye et Malte (Plateau continental).