Arctic Sea : acte de piraterie?

Publié le par Linium International

Nous évoquions hier différentes possibilités sur le mystère Arctic Sea tout en écartant en premier lieu l’hypothèse d’un acte de piraterie. Sitôt dit, le ministre russe de la Défense annonce que 8 hommes ont été arrêtés et qu’il s’agit bel et bien d’un acte de piraterie.

 

Sur le coup, nous aurions pu dire « pourquoi pas ». Mais à la réflexion, cette hypothèse n’est toujours pas valable.

 

La première raison tient aux moyens de communication. En effet, la société finlandaise qui détient le navire a pu transmettre à la police des photos des marins qui avaient été blessés, or personne a bord n’a envoyé de signal d’alerte, personne d’après les informations dont on dispose n’a communiqué avec le continent.

 

A moins, comme il a été dit, qu’il y ait bien eu deux attaques : une, au large de la Suède, et une ,au large du Portugal. Mais, une fois encore, ce scenario n’est pas plausible. Deux attaques dans des eaux qui n’ont pas été touchées par la piraterie depuis plus de 150 ans, et cela sur un même navire : la probabilité est quasi inexistante. Tout du moins, s’il y a eu deux attaques, il s’agit des mêmes personnes ou de personnes en lien étroit, à la recherche d’un même but ou d’une même chose.

 

De plus en plus d’experts relèvent les incohérences du discours russe, mais ce qui demeure inquiétant est cette obstination russe à mentir. Ce mensonge peut coûter cher au transport maritime dans les eaux européennes. Il devient déjà difficile de passer le canal de Suez et le golfe d’Aden sans parler du golfe de Guinée, ne faisons pas croire aux marins et aux compagnies ce qui n’existe pas au large de l’Union européenne. Les conséquences seraient dommageables pour de nombreux acteurs du transport maritime : ports, armateurs, marins…

 

Que la vérité soit partiellement cachée, cela nous le comprenons complètement pour l’intérêt des Etats, mais ne poussons pas aussi loin le mensonge s’il se fait au détriment du développement économique dans un secteur déjà bien touché par la crise.

 

Jérémy DRISCH

 

 

Source photo : Reuters / Le Monde

Publié dans Actualité maritime

Commenter cet article